L’espoir fait vivre. Bien plus qu’on ne le croit

Publié le 10/04/2022 | 0 commentaires

J’ai pris une claque immense. 

 

Oui, en lisant une étude. Le chercheur à fait une découverte colossale sur la notion d’espoir. Sur le rôle qu’il peut jouer physiologiquement. 

 

Avant de vous partager ma claque relative à l’espoir, je vous propose un tour d’horizon de cette notion.

J’ai toujours défendu qu’une vision optimiste de la vie pouvait avoir des répercussions sur à peu près tout :

Bonheur, santé, allongement de l’espérance de vie (+20%*), bien-être, meilleure, résistance, physique, réussite, plaisir, résilience, relations plus fortes, partage et j’en passe.

Mais, je n’avais qu’une notion floue de l’impact réel de l’optimisme et encore plus floue de l’espoir 😵. 

 

L’espoir : définition

Qu’est-ce que l’espoir ?

C’est le fait d’espérer, d’attendre avec confiance, la réalisation dans l’avenir de quelque chose de favorable. Quelque chose de choisi, que l’on souhaite, que l’on désire.

 

L’espoir fait-il vivre ?

L’espoir nous donne la force de relever les défis. Il nous aide à faire face à l’adversité. Grâce à lui on se sent mieux dans notre peau et dans nos vies.

 

Pourtant, notre citation du jour s’utilise dans les deux sens, positif ou négatif.

Qu’en pense la biologie ?

 

Pauvres rats

Je précise que plus de 2000 rats sont morts « pour » que nous puissions apprendre à traverser cette étude. Étude brutale pour nos amis quadrupèdes *. 

 Par contre, aucun rat n’a été subi pendant la rédaction de cet article. 🐀

Le Dr Curt Richter conduit des études n’ayant au départ aucun rapport avec notre sujet. Il va « accidentellement » s’intéresser au phénomène de mort subite chez les rats.

Il immerge des rats sauvages dans des tubes contenant de l’eau.

Etude du Pr Curt P. Richter révélant le rôle de l'espoir

 

Les rats vont nager entre 1 et 15 minutes avant d’abandonner et de se noyer.

Le chercheur réitère l’expérience. Cette fois-ci, il repêche les rats juste avant la noyade. Il les sèche et les laisse se reposer quelques minutes et les renvois à l’eau.

 

Selon toi, combien de temps, ces rats qui quelques minutes plus tôt avaient abandonné, vont-ils pouvoir nager avant noyade ?

 

Ce n’est pas quinze minutes.

Ni trente.

Pas une heure non plus.

 

En moyenne, ils vont se débattre… soixante heures. Le record est même de quatre-vingt-une heures.

324 fois plus longtemps pour notre « recordrat », que lors de son premier essai…

 

Qu’est-ce qui peut justifier une différence aussi inouïe ?

Un mot, l’espoir.

Espoir et vie semblent donc intimement liés.

 

Ça fait réfléchir. Quand nous sommes convaincus d’avoir donné notre maximum. Que nous sommes au bout du rouleau. Qu’en est-il vraiment.

Combien de fois avons-nous perdu espoir ?

Perdu espoir en nous, en l’autre, en nos projets, envers l’humanité.

 

Imagine maintenant qu’au moment de lâcher, tu aies réintroduit l’espoir. Qu’aurais-tu accompli ?

 

Je tâcherai de m’en souvenir pendant que je prépare un semi-marathon. Car pour l’instant, ça pique 🤣.

 

Petite précision : l’espoir fait vivre mais nous devons sincèrement y croire pour que ça fonctionne. Cela implique de nourrir une vision positive de la vie.

 

Tout ça c’est bien joli, mais comment garder espoir quand tout va mal ?

 

Je te propose de te poser la question : sur quoi puis-je agir ? Même de façon infime.
Dresse la liste de toutes, les choses sur lesquelles tu peux avoir un impact. 

Le piège, c’est de rester obnubilé par les choses qui dépendent des autres ou des facteurs extérieurs. Ils nous dépossèdent de notre capacité d’action. C’est un nuage de fumée. 

Les personnes que j’accompagne, me disent souvent de leur manager qu’elle ou il est (si tu es dans cette situation, choisis, le ou les adjectifs qui conviennent) :

– toxique

– auto-centré

– fermé à toute communication

– incapable

– s’approprier les mérites collectifs

Ok, j’entends, comprend et compatis.

Mais, concentrons-nous sur comment changer les choses. Car, faire tomber un verdict sur les travers de son n+1, n’a que rarement résolu la situation.

Comment peut-on prendre de la hauteur, communiquer avec lui différemment ?

Ou encore, revoir notre façon de réagir à son comportement ? Modifions notre manière de travailler.
Là, c’est intéressant parce qu’il y a un nouveau de… l’espoir.

Et, si ça ne fonctionne pas, changeons de stratégie.

Si cela te semble un peu compliqué en ce moment, parlons-en. Il y a mille et une astuces pour voir le monde autrement. Pour se débarrasser de nos croyances limitantes. 

Le bilan de compétences et le coaching offrent de super espace pour mettre de la couleur dans notre Vie et porter un regard neuf sur le présent et le futur.

Je te souhaite beaucoup d’espoir dans tes projets.

Puisses-tu nourrir cet espoir, le faire grandir. Pour voir fleurir ensuite, ce dont tu rêves.

Et pourquoi pas, en 324 fois beaucoup plus beau que ce que tu n’imaginais 😉

 

Enfin, je souhaite de l’espoir pour tous. 🌱

 

 

L’espoir à travers le monde

 

Je te laisse méditer l’apport de l’espoir avec quelques proverbes du monde.

 

L’attente que nourrit l’espoir n’est pas une véritable attente. (Angleterre) 

La vie est un long voyage, le monde est son bateau, l’espoir est son équipage. (Maroc)

Mieux vaut voyager plein d’espoir que d’arriver au but. (Japon)

On n’est pas orphelin d’avoir perdu père et mère, mais d’avoir perdu l’espoir. (Mali)

À qui sait attendre, le temps ouvre ses portes. (Échine)

 

Sources :

* Étude « Sœurs heureuses » de David Snowdon et Susan Kemper1 (2000)

* On the phenomenon of sudden death in animals and man. C. P. Richter – May -Jun 1957;19(3):191-8. doi: 10.1097/00006842-195705000-00004.  

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.